RENCONTRE MONSEIGNEUR L’EVEQUE AVEC LES CONSACRES OEUVRANT DANS LE SOUS SECTEUR DE L’ENSEIGNEMENT DU DIOCESE DE KIKWIT

Ce vendredi 21 mai 2021, dans la garde salle de l’Institut Technique Professionnel de Kikwit (ITPK), la Commission diocésaine pour l’éducation chrétienne en collaboration avec la Coordination des Ecoles Conventionnées Catholiques (ECCATH) de Kikwit-Centre ont organisé une rencontre de l’entretien de Monseigneur l’Evêque avec les Consacrés œuvrant dans le sous-secteur de l’enseignement du Diocèse de Kikwit. Ils sont venus de partout : les enseignants des écoles maternelles, primaires, secondaires ; des Professeurs des Institutions de l’Enseignement supérieur et Universitaire ; les agents de l’Etat comme ceux de l’EPST, du SECOPE et de l’OSCEP (Observatoire de surveillance de la corruption et de l’éthique professionnelle).

Prenant la parole, Monseigneur Timothée BODIKA Mansiyai, PSS, Evêque de Kikwit, devant un parterre de 81 consacrés (Prêtres, Religieux et Religieuses), est sorti de son silence pour crever l’abcès à travers une leçon magistrale à caractère interpellateur, dénonçant les antivaleurs dans les écoles catholiques tant publiques que privées, et la complicité de certains Prêtres, Religieux et Religieuses.

Monseigneur l’Evêque est parti du texte de Jean 17, 11-19 à travers lequel le Seigneur Jésus prie pour que ses disciples restent un dans le Père, comme le Père et le Fils sont un, et pour que, dans le monde, ils soient préservés du Mauvais.

Puis il a montré la place qu’occupait autrefois le Diocèse de Kikwit et loué les efforts des Missionnaires Jésuites, du Clergé diocésain de l’époque, des Frères Joséphites de Kinzambi, des Sœurs de Sainte Marie de Namur, Sœurs de Marie au Kwango et d’autres Congrégations religieuses qui se sont bien illustrés dans ce domaine :

« Depuis l’Epoque coloniale, l’enseignement catholique a toujours été basé sur la différence en vue d’être un enseignement  de qualité.  Les écoles du diocèse de Kikwit, dirigées de mains de maitre par nos vaillants missionnaires jésuites, nos ainés les abbés, les frères Joséphites de Kinzambi, les sœurs de sainte Marie de Namur, les sœurs de Marie au Kwango   ont formé autre fois l’élite intellectuel du Congo. Kikwit était considéré comme le quartier latin à cause de la qualité de l’enseignement qui était donnée dans ses écoles. » 

Sans méconnaître les efforts que certains consacrés fournissent pour un enseignement de qualité, Monseigneur l’Evêque a fait un constat amère quant au comportement des consacrés en milieu éducatif, démontrant que nombreux sont tombés dans la pratique des antivaleurs en milieu éducatif.

D’où, nos écoles baignent dans la médiocrité et beaucoup des personnes consacrées font la honte de l’Eglise : « Actuellement ces écoles existent encore mais sont presqu’incapables de produire le même résultat bien que dirigées encore par les personnes appartenant aux mêmes institutions de l’Eglise. Plusieurs causes sont à la base de l’échec de  cet objectif à savoir donner une formation de qualité, une formation excellente.

Le tout peut se résumer de notre côté par le fait de refuser de gérer différemment les écoles. Aujourd’hui nos écoles catholiques concurrencent en immoralité les autres écoles. Agir différemment semble un mode d’agir essoufflé, une catégorie surannée alors que c’est ce substrat qui a aidé nos ainés qui nous ont précédé dans l’enseignement pour  donner une formation de qualité qui a fait de nos ainés et de nous ces élites tant appréciés.  Le retour à cette formation de qualité est souhaité par tout le monde car la baisse de la qualité est visible et nuisible.»

Monseigneur l’Evêque a fini son exhortation tout en rappelant ce message évangélique aux participants : « Vous êtes le sel de la terre. Si le sel perd sa saveur, comment redeviendra-t-il du sel ? Il ne vaut plus rien ; on le jette dehors et il est foulé aux pieds par les hommes » (Mt 5, 13).

A la fin de ce message fort de Mgr l’Evêque, l’Abbé Michel ZIATA Mawa, Coordinateur des ECCATH/Kikwit-Centre et co-organisateur de cette rencontre a, au nom de tous les Gestionnaires des ECCATH du diocèse de Kikwit, rassuré Mgr l’Evêque que désormais, on ne parlera plus de la corruption voilée sous l’expression « Organisation matérielle », dans nos écoles catholiques et que le chef d’établissement scolaire qui s’illustrera dans cette pratique sera mis hors d’état de nuire ; une action disciplinaire lui sera ouverte et se clôturera par l’exclusion. Qu’on se contente des frais fixés par l’Etat à ce propos.

L’occasion faisant le larron, le frère Théotime UBOLE, SVD, Directeur de l’OSCEP/Kwilu, a remis symboliquement à Mgr l’Evêque ainsi qu’à l’Abbé Donatien NSHOLE, Secrétaire Général de la CENCO, présent à cette rencontre,  le Code de conduite de l’agent public de l’Etat.

Pour rappel, déjà le 2 mai 2019, soit à près d’un moi de l’Examen d’Etat, Monseigneur l’Evêque s’était entretenu avec ses collaborateurs qui les représentent dans l’EPSP (EPST), à savoir les Coordinateurs et Conseillers résidents des Ecoles Conventionnées Catholiques du Diocèse de Kikwit, pour voir comment éradiquer les antivaleurs dans l’enseignement.

Cet entretien de Monseigneur l’Evêque s’est clôturé par la présentation de l’Agence d’assurance de la CENCO, faite par le frère Stanislas, JK, Directeur de cette Agence.

Fait à Kikwit, le 22 mai 2021

Abbé Francis-Emmanuel KIMWANGA Giazala,

Secrétaire-Chancelier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.